Méthodologie

Tri

Montrer toutes les contributions

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J  K  L   M   N   O   P   Q  R   S   T   U  V  W  X  Y  Z 


Approche inductive à l'espace culturel  (Citer)

Le projet focalise les Alpes comme un seul complexe d'espace culturel parce que VerbaAlpina part des attentes de techniques culturelles communes dans toute la région alpine. La base pour cela consiste dans l'adaptation à des conditions de vie identiques ou au moins très semblables en haute montagne et dans la diffusion toute naturelle d'aptitudes et traditions correspondantes qui est associée à ces conditions de vie communes. Comme ces points communs se manifestent clairement dans la langue par des désignations correspondantes, il ne convient pas de décrire la culture alpine spécifique dans une approche trop étroite de communautés linguistiques séparées, pour ainsi dire "top-down", c.-à-d. par une grille de points d'enquête dans des régions linguistiques ou dialectales fixées a priori; cela correspond le plus souvent aux intentions de la dialectologie qui vise à la description la plus complète possible de régions isolées et de variétés dans l'idéal spécifiques. Dans la perspective adoptée par le projet qui est celle d'une géolinguistique plurilingue qui franchit les frontières linguistiques, les zones de diffusion de traditions culturelles et de leurs désignations doivent par contre être dégagées de manière inductive par une approche "bottom-up", c.-à-d. en accumulant le plus grand nombre de résultats locaux possible.

C'est le principe de base d'utiliser exclusivement des données géoréférenciables et de ne présupposer aucune macro-région, à part celle de la Convention alpine à laquelle toutes localités considérées doivent appartenir. Les données extralinguistiques qui fournissent des informations actuelles ou historiques sur l'organisation sociale des habitants et/ou sur le développement des infrastructures de base et sur la gestion de l'espace peuvent contribuer au profilage de la région alpine comme espace culturel. Eu égard à la reconstruction historique de l'espace culturel alpin il est désirable de comparer des régions de persistance archéologique à des zones de vestiges linguistiques et de visualiser cette comparaison de manière quantitative sous forme d'une cartographie qui combine la stratigraphie linguistiques et ethnographqiue; cf. à ce sujet du point de vue archéologique en général Häuber/Schütz 2004a et plus spécifiquement l'atlas des strates urbaines de Cologne (cf. Häuber/Schütz/Spiegel 1999 et Häuber u.a. 2004).

(auct. Thomas Krefeld – trad. Susanne Oberholzer)

Tags: Dokumentation



Archivage de longue durée  (Citer)

Toutes les données du projet VerbaAlpina sont gérées de telle sorte qu'elles restent lisibles et utilisables pendant une période la plus longue possible. La perspective temporale envisagée du projet comprend au moins plusieurs décennies, le concept sur lequel le projet est basé est en fin de compte pourtant orienté sur une conservation sans limitation de durée. Les aspects suivants sont pris en considération : 1. A quelle institution/à quelles institutions est confiée la conservation des données respectivement des supports d'information en question? 2. Documentation de la structuration des données ainsi que des relations logiques entre données et catégories de données (entité-association) 3. Documentation des codages de caractère utilisés4. Sur quel type de support d'information sont conservées les données?ad 1) Plusieurs copies des données du projet devront être archivées chez plusieurs institutions différentes. Actuellement, l'IT-Gruppe Geisteswissenschaften de la LMU (c'est-à-dire le groupe de technologie de l'information des sciences humaines de l'Université de Munich,  ITG) è prévu pour ce devoir. Ce groupe è lié aux serveurs d'archivage du Leibniz-Rechenzentrum ainsi qu'au BAS Clarin Repository. La mise en dépôt de copies de sûreté supplémentaires chez d'autres institutions qui y sont aptes est prévue.L'archivage a lieu au rythme de la gestion de versions. Chaque fois, la base de données est archivée avec toutes les données du projet ainsi que le framework d'application web qui est responsable pour la présentation des données au web (y inclus la respective fonctionnalité) de telle façon qu'il est possible (au moins théoriquement) de "réveiller de nouveau" chaque version isolément dans les correspondants environnements de système d'exploitation respectivement de logiciel émulés.

(auct. Stephan Lücke – trad. Susanne Oberholzer)

Tags: Publikation



Atlas linguistiques des Alpes  (Citer)

Les atlas linguistiques suivants envisagent la zone alpine:
  • Romania alpina: ALF, AIS, ALI, ALP, ALJA, ALEPO, CLAPie, APV, ALAVAL, ALD-I, ALD-II, ASLEF;
  • Germania alpina: SDS, VALTS, BSA, SONT, TSA, SAÖ;
  • Slavia alpina: SLA.
Le grand numéro d'atlas ne doit quand même pas dissimuler les divergences considérables, en partie tout à fait inattendues entre les différents atlas. Ce sont juste certains atlas régionaux, comme par ex. l'ALD-II ou le BSA, qui ne s'intéressent pas particulièrement aux données ethnolinguistiques. L'alpage – qui représente un système économique fondamental de la région alpine – n'est presque pas du tout thème de discussion. Dans l'ALD-II, certes il y a (à la différence du BSA) un stimulus 869 l'alpeggio 'Alm'/ la baita 'Sennhütte'. Mais des concepts fondamentaux du traitement de lait comme VACHER (ita. casaro, caciaio), TRAIRE (ita. mungere), PRÉSURE (ita. caglio), ÉCRÉMER (ita. scremare) et de l'élevage de bétail comme ÉTABLE (ita. stalla), BERGER (ita pastore), PÂTURAGE (ita. pascolo) etc. manquent (cf. le questionnaire).



(auct. Thomas Krefeld – trad. Thomas Krefeld|Susanne Oberholzer)


Tags: Dokumentation