Méthodologie

Tri

Montrer toutes les contributions

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J  K  L   M   N   O   P   Q  R   S   T   U  V  W  X  Y  Z 


Description de concept  (Citer)

Les concepts sont saisis dans le tableau KONZEPTE (concepts) de la base de données comme suit : au cas où une dénomination lexicalisée existe pour un concept, cette dénomination vient inscrit dans la case de la base de données 'Name_F' (dénomination française). Quand la lexicalisation manque, la case reste blanche. Indépendamment de l'existence d'une dénomination, le concept est spécifié ou bien défini dans la case 'Beschreibung_F' (description française). Cela se fait en suivant une manière de procéder fixée qui est démontrée à l'aide de l'exemple du concept 'ÉCRÉMOIR' (ID_Konzept 142; identifiant du concept dans la base de données): le concept mentionné est désigné par un lexème spécifique, c’est pourquoi on inscrit ÉCRÉMOIR dans 'Name_F'. La description prévoit l'ordre hiérarchique suivant: ustensile, fonction, matériau, forme (éventuellement). Appliqué au concept de l'exemple, il en résulte la description suivante: USTENSILE, POUR ÉCRÉMER, LOUCHE. Si possible respectivement nécessaire on devrait suivre ces règles supplémentaires: les nombres 1-10 sont écrits en toutes lettres; dans la description d'un processus, d'une activité etc. on peut ou utiliser "pour+infinitif" ou "pour+article+substantif". L'observation de ces modèles permet des traductions analogues, la formation de catégories indépendantes de langues particulières à des niveaux différents d'abstraction (->RÉCIPIENTS ->RÉCIPIENTS POUR LE TRANSPORT ->RÉCIPIENTS DE BOIS etc.), des corrections automatisées respectivement des modifications et une recherche transparente. Tous les concepts sont saisis de cette manière dans les langues allemande, italienne, française, slovène et romanche.

(auct. Giorgia Grimaldi | Thomas Krefeld – trad. Susanne Oberholzer)

Tags: Publikation



Désignation  (Citer)

Par 'désignation' VerbaAlpina entend l'instance idéalisée d'un mot écrit, parlé ou pensé qui nomment un ou plusieurs concepts et qui renvoie peut-être à des choses concrètes. A la place d'un seul mot une séquence spécifique de plusieurs mots peut assumer ces fonctions (les polylexèmes). Au égard à la catégorie 'concept' il y a une relation m:n, en termes d'informatique: une désignation polysémique peut désigner plusieurs concepts, à l'envers, un concept peut être désigné par une multitude de désignations synonymes.





(auct. Stephan Lücke – trad. Susanne Oberholzer)

Tags: Dokumentation



Dictionnaires de référence  (Citer)

Dans le cadre du travail de réduction à types central pour VerbaAlpina, les dictionnaires de références ont une grande importance. Pour garantir la comparabilité du matériel, toutes les données qui sont extraites des sources – aussi bien des types phonétiques que des types morpho-lexicaux – se réfèrent à un cadre de référence lexicographique. Le travail de réduction à types est fait par les collaborateurs de VerbaAlpina et s'appuie sur leur expertise linguistique. Ce travail est donc un travail interprétatif et ne prétend pas à la validité incontestable. Les données extraites des sources sont liées aux lemmes des dictionnaires de références mentionnés ci-dessous. Dans une famille linguistique, les données linguistiques qui doivent être réduites à types sont liées aux lemmes appropriés des dictionnaires de références spécifiques pour la région linguistique. Sou l'angle inverse, il est donc possible de trouver tous les données de VerbaAlpina classées en partant des lemmes des dictionnaires de référence. Sur ce point, VerbaAlpina représente un élargissement organique des dictionnaires de référence utilisés qui est techniquement réalisable sans de grands problèmes par liaison de la part des dictionnaires de référence qui sont disponibles en ligne.
Si aucun des dictionnaires de référence définis présente un lemme approprié, VerbaAlpina fixe un type morpho-lexical en forme orthographique qui a dorénavant le statut de référence et auquel toutes les autres données linguistiques de cette catégorie morpho-lexicale peuvent être référées. Par cet autoréférencement, VerbaAlpina reçoit aussi le statut d'un dictionnaire de référence.
Comme l'attribution aux dictionnaires de référence décrite est un travail dépendant d'interprétation, VerbaAlpina permet tout à fait aux scientifiques et aux profanes de commenter de façon controversée des attributions de lemme. Cela permet aux personnes externes de faire des réductions à types alternatives qui peuvent encore être commentées et discutées.

Des paroles des régions germaniques sont liées si possible aux lemmes de:

  • Schweizerisches Idiotikon. Schweizerdeutsches Wörterbuch
  • Grimm, Jacob und Wilhelm (1854-1961): Deutsches Wörterbuch von Jacob und Wilhelm Grimm, 16 Bde. in 32 Teilbänden, Leipzig (Quellenverzeichnis Leipzig 1971) (DWB)
  • Duden (pris en considération à cause de son importance effective et de l'abondance de matériel énorme – malgré la pauvreté des informations lexicographiques y présentées)

Des paroles des régions romaines sont liées si possible aux lemmes de:
  • Vocabolario Treccani
  • Trésor de la langue française informatisé (TLFi)
  • Banca lessicala ladina (BLad; ladin [lld])
  • Pledari grond (romanche [roh]) et DRG
  • LSI et RID

Des paroles des régions slaves sont liées si possible aux lemmes de:
  • Slovar slovenskega knjižnega jezika (SSKJ)

Si nécessaire (spécialement en vue des étymons), le dictionnaire de référence pour la langue latine est:
  • Georges, Karl Ernst (1913-1916, Reprint 1998): Ausführliches lateinisch-deutsches Handwörterbuch. Aus den Quellen zusammengetragen und mit besonderer Bezugnahme auf Synonymik und Antiquitäten unter Berücksichtigung der besten Hilfsmittel ausgearbeitet, 2 Bände, Darmstadt.
Pour la détermination de l'étymologie spécialement des types de base, ce sont les dictionnaires suivants qui servent comme référence:
  • Wartburg, Walther von (1922-1967): Französisches Etymologisches Wörterbuch. Eine Darstellung des galloromanischen Sprachschatzes, 25 Bände, Basel (FEW), avec ses commentaires (qui ferment les articles) qui sont souvent fondamentaux au-delà du français ou même du roman.
  • Kluge
  • DELI
  • Bezlaj e anche l'edizione più recente Snoj. Cf. généralement pour les étymologies slaves Berneker

auct. Thomas Krefeld | Stephan Lücke – trad. Susanne Oberholzer


Tags: Dokumentation



Domaine de fonction (2): coopération  (Citer)

La coopération avec d'autres projets est fondamentale pour la conception de VerbaAlpina. Elle se reflète dans de nombreux contrats de coopération avec des partenaires de projet. Son application n'est pourtant pas toujours facile; elle est gênée par des problèmes pratiques, c.-à-d. des problèmes dus aux techniques de l'information et corrélativement des problèmes relatifs au droit. Marginalement, l'application est aussi gênée par des réserves idéologiques à l'égard de l'orientation open source. Chaque coopération est basée sur un accord formel qui assure les partenaires (PVA) d'une base de données exclusivement utilisable à la télétransmission. Chaque base de données de partenaire est à la disposition de tous les partenaires pour le téléchargement. Mais la coopération ne doit bien évidemment pas être limitée à l'échange des données; au contraire, tous les partenaires sont invités (et incités) à utiliser tous les domaines de fonction.

(auct. Thomas Krefeld – trad. Susanne Oberholzer)

Tags: Kooperation Publikation



Domaine de fonction (3): publication  (Citer)

A proprement parler la documentation de données à l'Internet est déjà une forme de la publication; au delà, VerbaAlpina se considère pourtant aussi comme instrument à la publication de textes relatifs au projet. Trois formats sont essentiellement prévus à ce but:
  1. des termes théoriquement et méthodologiquement centraux et des problèmes sont expliqués de manière concise sous l'onglet Publications de projet.
  2. des commentaires à des types linguistiques sont ouverts par le bouton 'i" sur la légende de carte. Ils peuvent y être placés très facilement par les collaborateurs du projet our par des personnes externes.


Fonction de commentaire accessible par la légende.

(auct. Thomas Krefeld – trad. Susanne Oberholzer)

Tags: Publikation



Domaine de fonction (4): crowdsourcing  (Citer)

Par crowdsourcing, on entend l'enquête de nouvelles données par Internet qui doit être activée au deuxième semestre du 2016. Cette fonction recourra à des archives de photographies et de vidéos riches et variées, pas encore publiques.

Soulèvement du caillé (Tannheim, district Reutte, Tyrol, 1940)

(auct. Thomas Krefeld – trad. Susanne Oberholzer)

Tags: Crowdsourcing



Domaine de fonction (5): laboratoire de recherche  (Citer)

Il est prévu de créer un laboratoire de recherche virtuel qui invite tous les utilisateurs intéressés à utiliser de façon personnalisée les outils géolinguistiques développés par VerbaAlpina (entre autres des représentations sous forme de cartes différentes, niveaux de réduction à types) et à présenter des analyses et résultats nouveaux, peut-être même alternatifs. Les outils peuvent bien évidemment aussi être développés par les utilisateurs.

(auct. Thomas Krefeld – trad. Susanne Oberholzer)

Tags: Forschungslabor



Domaines de fonction  (Citer)

Les tâches et les prestations de VerbaAlpina peuvent être classées aux domaines suivants :
(1) documentation et analyse diachronique du vocabulaire dialectal qui est estimé caractéristique conformément au cadre onomasiologique ;
(2) coopération avec les partenaires de projet pour l'échange mutuel et l'analyse des données ;
(3) des données, de textes analytiques et de matériau différent concernant le projet, visant un public aussi bien scientifique que général.
Les fonctions (1), (2) et (3) ont déjà été activées avec la première version 15/1 et seront consolidées de façon continue. Deux autres fonctions sont en préparation :
(4) enquête des données par le crowdsourcing ;
(5) l'installation d'un laboratoire de recherche qui invite tous les utilisateurs intéressés à se servir de façon personnalisée des outils géolinguistiques développés par VerbaAlpina (des présentations cartographiques différentes, des niveaux de réduction à types différents etc.) et à présenter des analyses et résultats nouveaux et peut-être même alternatifs.

(auct. Thomas Krefeld – trad. Susanne Oberholzer)


Tags: Publikation



Données d'entrée  (Citer)

Dans VerbaAlpina on utilise exclusivement des données qui sont géoréférenciées au moins sur le territoire d'une commune, mais si possible encore plus précisément (comme par ex. les photos d'alpages). À l'égard des données linguistiques qui sont particulièrement importantes, on doit distinguer deux types: d'un côté, les données qui remontent directement aux énoncés des informateurs individuels – comme par exemple les attestations de quelques atlas linguistiques (spécialement les atlas romans) ou aussi de la Bayerische Dialektdatenbank (BayDat); ces énoncés sont décomposés en leurs éléments constitutifs, les tokens. De l'autre côté, certains atlas, comme par exemple le SDS ou aussi le VALTS, ainsi que tous les dictionnaires ne contiennent pas d'énoncés de locuteur, mais des formes qui ont déjà été réduites à types par les éditeurs de sorte qu'il n'est pas possible de remonter jusqu'aux tokens.

(auct. Thomas Krefeld – trad. Susanne Oberholzer)

Tags: Dokumentation



Données extralinguistiques  (Citer)

Pour une approche inductive à l'espace culturel les données démographiques et institutionnelles sont de principe intéressantes si elles se révèlent être géoréférenciables. A ce type de données appartiennent les informations qui concernent l'histoire d'habitat, en particulier celles qui regardent l'appartenance à des institutions écclésiastiques ou de l'Etat. Mais aussi des voies de communication, en particulier les cols de montagne, sont extrêmement importantes (vgl.). Des données écologiques et géophysicales sont importantes au moment où elles sont en rapport avec l'histoire de l'habitat. Cela est le cas par exemple des zones de végétation qui permettent ou exigent certaines utilisations (par ex. l'alpage suppose des altitudes au-dessus de la limite des forêts et des arbres (http://www.slf.ch/forschung_entwicklung/gebirgsoekosystem/themen/baumgrenze/index_FR).

(auct. Thomas Krefeld – trad. Susanne Oberholzer)

Tags: Dokumentation