Méthodologie

Tri

Montrer toutes les contributions

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J  K  L   M   N   O  P   Q  R   S   T   U   V  W  X  Y  Z 


Sémantique  (Citer)

La structuration digitale des données ('Digitalisierungsgrad D 3') permet une analyse sémantique différenciée des expressions linguistiques saisies, car synonymes, polysémies et homonymes se laissent représenter grâce au lien entre « désignation » et concepts 'Konzepten' sous la forme de la dénommée relation :


Graphik: Stephan Lücke
A la lumière des relations conceptuelles qui sont apparues à cette occasion, le profil sémantique et synchrone de chaque expression polysémique est esquissé ; les plus importants marquages polysémiques sont nommés comme suit.
- Taxonomische La polysémie est disponible lorsqu’une expression désigne des concepts de manière hiérarchique tout autant que d’un point de vue supérieur ou inférieur.
- Meronymische La polysémie est disponible lorsqu’une expression désigne aussi bien des relations complexes entre les choses (‘tout’) que lorsqu’elle désigne des constituants de ces relations (‘parties’) ; c’est ainsi que ALPAGE, pour les paysans une partie importante de la montagne, est fréquemment désigné par le mot ‘montagne’ tout bonnement :




Désignation méronymique du concept d’ALPAGE comme partie de la montagne par transmission de la désignation du tout
Morpho-lex. Typ montagna 'Berg' (roa. f.) (16 Belege)
Morpho-lex. Typ monte (roa. m.) (67 Belege)
D’un autre côté, l’ALPAGE, en tant que tout économique (avec tout ce qui lui est attaché) peut être désigné par des expressions qui ne sont en fait là que pour les composants de l’économie d’alpage :  
VA_ALM_Teil td colspan="2"> Désignation méronomique du concept d’ALPAGE comme tout par transmission des désignations des composants
Morpho-lex. Typ cascina 'Sennhütte' (roa. f.) (1 Beleg)
Morpho-lex. Typ casera 'Sennhütte'  (roa. f.) (1 Beleg)
Morpho-lex. Typ cjampei 'Felder' (roa. m.) (2 Belege)
type morpho-lexical pascol 'Weide' (roa. m.) (1 Beleg)
type morpho-lexical pascolo 'Weide' (roa. m.) (1 trace)
- Metonymische La polysémie est disponible lorsqu’une expression désigne des concepts qui, à l’intérieur d’un seul et même ‘tout’, désigne différentes ‘parties’ ; ainsi appartiennent entre autres à un ALPAGE, le BETAIL, les BATIMENTS pour le PERSONNEL et pour le bétail, une BARRIERE, etc. Tous les composants nommés peuvent être désignés dans différents dialectes romans grâce au type morpho-lexical roa. mandra : VA_mandra Significations metonymique du type morpho-lexical roa. mandra
concept HABITATION D’ALPAGE (1 preuve)
Concept ETABLE D‘ALPAGE (2 Belege)
concept TROUPEAU (15 Belege Sources)
concept HAIE A BOEUFS (3 Belege)
- métaphorique. La polysémie est disponible lorsqu’une expression désigne des concepts venant de différents domaines qui n’ont pas de points communs entre eux. Le concept de CREME à lui seul est désigné par les métaphores, respectivement par les comparaisons suivantes :
  1. als 'Kopf': capo (roa. m.), (19 Belege), en outre capo di latte (roa.), mot à mot 'Milchkopf'  (12 références), il capo del latte (roa.) (1 référence)
  2. en tant que ‘fleur’ : fleur / fiore (roa. m.) (15 références), fiora (roa. fem.) (17 référence), dazu fiora cruda (1 référence), mot à mot  'fleure non-cuite’, fiore di latte (roa.), mot à mot 'fleur de lait' (2 références)
  3. als comme 'peau': Haut (gem. m.) (2 références), peau / pelle (roa. fem.) (1 référence), la pelle del latte (roa.) (1 référence)
  4. als 'fourrure': pelliccia (roa. fem.) (2 références), Pelz (gem. m.) (4 références)
  5. als 'brouillard': sbrumacje (roa. fem.) (2 références), sbrume (roa. m.) (11 références)
  6. als 'mousse': écume / schiuma (roa. f.) (2 références), spuma (roa. fem.) (1 référence), spumacje (roa. fem.) (1 référence)
  7. als 'toile': toile / tela (roa. m.) (14 référneces), en outre tela del latte (roa.) (1 référence) et tela di latte (roa.) (5 références), mot-à-mot  'toile de lait'
Le troisième type montre d’ailleurs très bien que les métaphores aussi peuvent être répandues au-delà des limites des familles linguistiques ; dans ce cas, deu. Pelz und roa. pelliccia représentent en outre le même type de base, en effet le latin pellīcia, la forme féminine d’un adjectif dénominal du latin pellis 'Haut'.





 
    - antonymique. La polysémie est disponible lorsqu’une expression désigne des concepts qui s’opposent l’un l’autre.
Il va de soi qu’une expression peut aussi désigner plusieurs relations sémantiques différentes, comme les concepts liés dans différentes variations romanes avec le type base malg-  le montre de manière exemplaire.





(auct. Thomas Krefeld – trad. Pierre Herrmann)

Tags: Linguistique



Statut d'auteur  (Citer)

Toutes les contributions écrites sur la page de VerbaAlpina sont marquées nommément. L'abréviation "auct." marque l'auteur/les auteurs d'une contribution, l'abréviation "trad." marque le(s) traducteur(s). Le software est développé essentiellement par Florian Zacherl, David Englmeier (à partir du 1/10/2016) et Filip Hristov (à partir du 1/10/2016).

(auct. Thomas Krefeld | Susanne Oberholzer – trad. Susanne Oberholzer)

Tags: Page Web



Stratigraphie  (Citer)

Les Alpes sont une région de contacts linguistiques variés depuis l'époque préhistorique. Ils remontent à des configurations stratigraphiques très différentes (cf. Krefeld 2003). En principe, les langues qui sont en contact dans une région parce qu'il y a des locuteurs ou même des communautés de locuteurs plus ou moins bilingues sont désignées adstrats. Si un type de contact est répandu seulement dans une certaine région, comme par exemple dans les Alpes, et si ce type ne se retrouve  pas ailleurs dans les familles linguistiques concernées, souvent ni la direction de l'emprunt, ni la langue d'origine ne sont claires (cf. le type de base roa. baita 'chalet de montagne' / ted. Beiz, Beisl 'buvette').
Si la langue d'origine de l'emprunt n'est plus parlée dans la région de diffusion ou dans une partie de elle-ci, on distingue deux configurations: dans le cas du substrat, la langue d'origine (la langue de substrat) était parlée dans la région de diffusion avant que la continuité de sa tradition orale ait été interrompu et la langue dominante se soit imposée; le roman est la langue de substrat pour toutes les parties de région alpine où parle actuellement allemand et slovène. Les mots de substrat se distinguent souvent par une continuité régionale ou locale extraordinaire; ils survivent donc le remplacement de leur langue originaire (la langue substratique) par les langues succédantes,  Dans le cas du superstrat, la langue d'origine dominait pendant une certaine période dans la région de diffusion sans s'y établir pourtant durablement. Comme ça, dans des parties de la région alpine où on parle aujourd'hui des les variétés romanes, des superstrats germaniques (le gotique, le lombard) prédominaient après l'effondrement de l'infrastructure romane; en Slovénie, l'allemand avait cette fonction de langue superstratique pendant la période des Habsbourg. Entre les trois familles linguistiques, des scénarios complètement différents se sont développés; eu égard à l'importance du contact linguistique pour l'histoire de l'espace linguistique c'est surtout la chronologie de l'emprunt qui compte : par exemple la question de savoir si les emprunts romans dans les régions germaniques et slaves représentent de mots de substrat avec une continuité orale régionale depuis l'Antiquité ou d'emprunts plus récents de type adstratique? La même question vaut mutatis mutandis pour les germanismes dans la région romane et les slavismes dans la région germanophone.



Les emprunts sont un indicateur fiable des divers processus d'acculturation historique; il méritent donc une analyse quantitative qui soit capable de documenter des effets d'accumulation locale.

(auct. Thomas Krefeld – trad. Susanne Oberholzer)

Tags: Linguistique