Méthodologie

Tri

Montrer toutes les contributions

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J  K  L   M   N   O   P   Q  R   S   T   U   V  W   X  Y  Z 


Informateur (Citer)

L'expression informateur est d'ordre technique dans VerbaAlpina parce qu'elle comprend deux choses différentes suivant la source: dans les atlas toutes les données linguistiques sont en général transparentes jusqu'au locuteur lui-même; dans la basede données, les informateurs sont identifiables par un numéro individuel. Ils sont de plus chronoréférencés par l'année de l'enquête et géoréférencés par le lieu de l'enquête. Dans les dictionnaires géoréférénciables par contre, il est normalement impossible d'identifier des locuteurs concrets. Par des raisons techniques dues à la base de données un informateur fictif est attribué à chaque source de ce genre. Chaque informateur est ensuite attribué à famille linguistique et cette attribution est transmise automatiquement à toutes les données fournies de cet informateur.

(auct. Thomas Krefeld – trad. Susanne Oberholzer)

Tags: Page Web



Inscriptions rhétiques (Citer)

La répartition moderne des familles linguistiques au sein de la zone d'étude considère les Alpes comme une barrière, car elles séparent grosso modo la zone germanophone (au nord) des zones romane et slave (au sud) (Link). Le Tyrol du Sud, un territoire où l'on parle une variété dialectale bavaroise, s'étend vers le sud sur la chaîne des Alpes et constitue presque un cas particulier. Cependant, d'un point de vue historique, cette "vision" est trompeuse: même les témoignages linguistiques les plus anciens, c'est-à-dire les inscriptions pré-romaines, sont écrits dans un alphabet largement identique :


(Quelle)

La répartition des textes dits 'textes rhétiques' s'étend des Alpes du Nord (Steinberg am Rofan, près du lac Achensee) à Padoue; elle ne peut être comprise que dans le contexte culturel qui traverse les Alpes: rätische_inschrftn Avec cet alphabet ont été écrits grossièrement aussi des documents de la langue étrusque, c'est évidemment un ancien grec occidental Schrift. Bien que la valeur phonétique des caractères soit raisonnablement claire, le sens des textes n'a pas encore été déchiffré. Il n'est pas encore clair si le nom ancien Raetii'Rhètes' doit être compris dans le sens d'une communauté culturelle et/ou linguistique spécifique ou comme un terme collectif pour des groupes ethniques alpins très différents (cf. dazu Rageth 2012). En tout état de cause, on constate que l'aire de répartition des inscriptions ci-dessus ne coïncide pas du tout avec la province romaine Raetia. Il en va de même pour la culture Fritzens-Sanzeno, identifiée par les archéologues comme étant essentiellement "rhétique", dont la poterie caractéristique n'est pas présente dans l'ouest de l'actuel canton des Grisons, bien que ces zones appartenaient à la Raetia, mais étaient protégées dans différents endroits du Norique (cf. Lang 1992, Rageth 1992, Marzatico 1992).



(auct. Thomas Krefeld – trad. Beatrice Colcuc)