Méthodologie

Tri

Montrer toutes les contributions

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J  K  L   M   N   O   P   Q  R   S   T   U   V  W   X  Y  Z 


Onomastique (Citer)

Les résultats onomastiques, spécifiquement dans le cas de la toponomastique, sont d’une importance capitale pour évaluer la continuité géographique d’une implantation ayant survécu à un changement linguistique (comparer avec l’exemple alpin, déjà, Steub 1867 et von Greyerz 1933). Il faut ici distinguer deux types sémantiques : d’une part, les formes antiques qui sont reprises des substrats linguistiques (« ces traitres souvent peu pratiques venus d’autres temps », comme Steub le dit de manière suffisante en 1867, 142). Leur mise au jour doit tenir en compte des régularités de la phonétique historique et en même temps compter sur de multiples exceptions qui sont souvent dues à une remotivation étymologique d’origine populaire. D’autre part, il y a des noms « parlants » avec lesquels les locuteurs des substrats linguistiques sont nommés explicitement, comme par exemple dans les noms alémaniques et bavarois avec la base wal(l)-, walch-, welsch- ‘romanisch’ (comparer avec l’étude, classique, de Ernst Schwarz 1970). La manière de procéder peut se faire à partir de deux perspectives opposées, en effet, en cherchant des formes correspondantes plus récentes ou actuelles, en partant de traces antiques (dans les itinéraires, sur les bornes, entre autres) ou bien, inversement, en identifiant des étymologies pour des formes actuelles sous la forme de références antiques ou de reconstructions linguistiques.  
La première perspective évoquée est sans doute la plus simple en raison des données traitées et chiffrables, car elle fournit une base de données constituée de noms romains bien localisés la plupart du temps, et qui peut être retravaillée de manière systématique. La perspective a posteriori est bien plus exigeante et aussi considérablement plus pertinente. Il manque ici les conditions préalables pour réussir un travail à plus grande échelle ; beaucoup de régions ne sont pas fermées d’un point de vue de l’onomastique, étant donné qu’il n’y a ni variantes dialectales récentes ni références anciennes. Quoi qu’il en soit, le Suisse Ortsnamenportal a accompli un début très prometteur déjà.
Mais à côté des noms concernant les lieux d’habitat, la documentation sur les noms concernant les toponymes (par exemple les montagnes et les alpages) est justement importante, étant donné qu’elle permet de faire des déductions sur l’utilisation habituelle des terrains. A cet égard, citons l’exemple suivant, totalement provisoire : dans son importante étude sur la colonisation de la Haute Bavière du Sud au Haut Moyen- Âge ainsi que du Tirol et de la région de Salzbourg qui lui sont contigües, Franz Weindauer 2014 rédige le résultat tiré d’une évaluation globale d’une fouille archéologique, en écrivant ce qui suit : « La comparaison des résultats tirés de la toponymie et de la recherche patronymique a donné pour résultat que, de nouveau, les régions déjà peuplées dans l’antiquité tardive fournissent des références concluantes concernant la vie romane au début du Moyen- Âge. En font partie en premier lieu la région de l’Ammersee, le pays de Werdenfelser, la région est du Chiemsee et le Rupertiwinkel , mais aussi par exemple la région du Mangfallknie, autour de Rosenheim et du lac de Starnberg » (Weindauer 2014, 249). A cet égard, et ce dans la partie alpine de son champ de recherche, la répartition des lieux où ont été découverts des éléments se focalise de manière très visible sur les cols, c’est-à-dire à peu près sur la route du Brenner qui se ramifie à Innsbruck (quand on vient du Sud) vers l’Ouest (en passant par le Zirlerberg en direction de Garmisch et du piémont alpin) et vers l’Est (en-deçà de l’Inn). Il suffit de porter un bref regard d’un point de vue toponymique sur la chaîne de montagne de Karwendel, qui se trouve à l’angle de ces deux routes et qui ne connaît pas une seule implantation plus importante jusqu’à aujourd’hui, pour mettre à jour, sur une distance de quelques kilomètres, d’évidents romanismes ou des mots préromains récupérés par le roman :
* die Fereinalm < lat. veranum, vgl. spa. verano 'Sommer' tout comme le  Vereinatunnel dans l’Engadine du sud;
* die Krapfenkarspitze avec pour base le préromain *krapp- 'Fels', vgl. roh. (sursilvan) crap avec beaucoup de traces dans la toponymie des Grisons (vgl. Schorta 1964 , 111-114);
* die Pleisenspitze zur Basis vorröm. *blese 'steile Grashalde', vgl. roh. blaisch, blais, bleis, bleisa (vgl. DRG 2, 373 tout comme les traces toponymiques également très nombreuses dans Schorta 1964 , 44-46);
* der Hochgleirsch zu lat. glarea 'Kies' + iciu avec déplacement de l’accent sur la première syllabe; comparer avec ses équivalents suisses comme avec les lieux de la Rhétie romaine glaretsch dans Disentis (voir Schorta 1964, 164) et les lieux de la Suisse orientale alémanique Glaretsch in Pfäfers (voir ortsnamen.ch);
* die Larchetalm < lat. laricetum 'Lärchenwald', aus larix + etum, comparer les traces importantes dans les Grisons du type laret, avec la variante lat. larictum in Schorta 1964, 185;
* le nom de montagne Juifen < lat. iugum 'Joch', à nouveau, maints parallèles qui se sont propagés, comparer avec les noms de lieu Juferte dans la vallée du Simmen au sud de Bern, plus de Juf et de giuf, giuv dans les Grisons (tous dans le portail des toponymes de la Suisse) tout comme le Jaufenpass dans le sud du Tirol; un peu plus à l’est de Juifen, se trouve la montagne Guffert, dont le nom doit être établi pour ainsi dire comme une variante de la vallée du Simmen.
Un examen consciencieux mettrait encore davantage d’éléments à jour. Que l’on considère avec le dernier exemple la vocalisation non plus latine, mais romane (-g- > -v-, -f). Tous ces héritages présupposent un contact avec une population de langue romane qui utilisait les montagnes comme moyen de subsistance et aussi une acculturation de leurs formes de vie. Gamillscheg 1935, 306 s’est déjà prononcé dans ce sens : « le paysan alémanique et bavarois, qui tire ses fruits d’un sol nouvellement occupé, tisse un lien avec les Romanches qui travaillent eux aussi dans des conditions difficiles en contrebas. Rien ne montre davantage qu’aucun conflit national ne se soit ici jamais joué que le fait que les noms de lieux du vieux romanche et les noms allemands plus récents ont ici continué d’exister de manière tout aussi pacifique que ceux des Ladins et des Allemands-Tiroliens. L’invasion des Alémaniques et des Bavarois dans l’espace alpin rhétique et norique n’a pas eu pour conséquence une destruction culturelle ."  


(auct. Thomas Krefeld – trad. Pierre Herrmann)

Tags: Linguistique