Méthodologie

Tri

Montrer toutes les contributions

A   B   C   D   E   F   G   H   I   J  K  L   M   N   O   P   Q  R   S   T   U   V  W   X  Y  Z 


Page de code (Citer)

VerbaAlpina réunit des données issues de différents types de sources : des données d'atlas linguistiques et de dictionnaires imprimés, qui doivent tout d'abord être numérisées, ainsi que des données déjà numérisées, issues de projets partenaires. Chaque source utilise des systèmes de transcription plus ou moins individuels. Pour réaliser l'uniformisation nécessaire, des listes sont établies dans lesquelles il est fixé quel caractère du système de transcription d'une source X correspond à quel autre dans le système de transcription d'une source Y. Il s'agit surtout de retranscrire les différents systèmes de transcription en Alphabet phonétique international (API), qui fait office de transcription de référence dans VerbaAlpina. Pour convertir le système de transcription spécifique à une source en système API, on doit créer une liste complète sous forme de tableau indiquant les correspondances de caractère. Un tel tableau est nommé "page de code". Ci-dessous un extrait de la page de code fondamentale pour la conversion du système de transcription de l'AIS en API. Cette page de code comprend environ 4500 lignes/affectations en tout :


La colonne `BETA` comprend les caractères utilisés dans l'AIS en forme transcrite selon le principe du beta code; la colonne `IPA` le caractère API correspondant, et la colonne `HEX` la valeur ou les valeurs du tableau Unicode qui correspond(ent) au caractère API.

Un aperçu complet des pages de code de toutes les sources de VerbaAlpina se trouve ici.

(auct. Stephan Lücke – trad. Susanne Oberholzer)

Tags: Linguistique Technologie de l'information



Participer! (Citer)

VerbaAlpina est heureux de recevoir un soutien et offre diverses possibilités de participation active au projet.

Il s'agit par exemple de transcrire des données provenant de sources imprimées telles que les atlas linguistiques ou les dictionnaires et de les structurer dans une base de données. De plus, l'exactitude des données déjà transcrits peut être vérifiée et le matériel transcrit peut être relié à des lemmes lexicales. Les commentaires sur l'origine et la distribution des mots ou des types de mots sont également les bienvenus.

Nous sommes également très intéressés par le matériel linguistique actuel qui n'est pas documenté dans des sources publiées telles que les atlas et dictionnaires de langues mentionnés ci-dessus. Si vous connaissez un dialecte parlé dans la région alpine, nous serions heureux que vous introduisiez des expressions spéciales de ce dialecte dans la base de données de VerbaAlpina. De cette manière, il sera possible d'enrichir le stock de données contenues dans les sources imprimées et, par exemple, de reconnaître et d'observer les processus dynamiques de changement linguistique. Plus grand est le nombre de participants le meilleure sera le résultat. Avez-vous des photos d'objets typiquement alpins? Par exemple, des photos d'alpages, de refuges, de flore, de faune, de montagnes et de paysages ? Alors téléchargez-les dans notre médiathèque et marquez où et quand la photo a été prise, ce qu'elle montre et – si vous le savez – donnez l'expression dialectale spécifique qui décrit ce qui est montré sur la photo.

A côté de la coopération spécifique avec VerbaAlpina, vous pouvez configurer votre propre environnement de recherche dans notre système, que vous pouvez utiliser principalement pour la collecte de données linguistiques, mais qui est utile pour d'autres données aussi. La seule condition requise est que les donnés soient géoréférençables. Vous avez la possibilité de garder ces données sous clé pour votre usage personnel uniquement, mais vous pouvez également les mettre à disposition d'autres utilisateurs afin qu'ils puissent en discuter et les commenter. Nous vous encourageons à mettre le plus d'information possible à disposition du public. C'est la seule façon d'exploiter pleinement le potentiel des technologies basées sur les bases de données et les réseaux.

Afin de soutenir VerbaAlpina et/ou d'utiliser le système pour vos propres intérêts, il est nécessaire de vous inscrire sur notre portail : https://www.verba-alpina.gwi.uni-muenchen.de/wp-login.php?action=register]

(auct. Stephan Lücke – trad. Beatrice Colcuc)



Photographies (Citer)

La médiathèque de VerbaAlpina contient une collection riche et variée de photographies géoréférencées qui s'accroît continuellement. Ces photographies remplissent une fonction double: d'un côté, elles renvoient à des référents concrets avec toutes leurs particularités idiosyncratiques qui sont surtout très prononcées concernant les bâtiments. De l'autre côté, les photographies doivent illustrer un concept d'une manière la plus parlante possible et devenir ainsi la base pour l'enquête d'autres désignations pour le concept. L'objectif de cette fonction n'est donc pas celle de reconnaître le référent spécifique, donc un chalet particulier. Cela serait même plutôt gênant car dans ce cas les informateurs ont la tendance d'indiquer le nom propre de l'alpage et pas les désignations du concept. Ce risque est pourtant calculable: un malentendu fondamental résulte en principe seulement des situations où les informateurs reconnaissent des personnes connues. Dans ce cas, les caractéristiques individuelles catalyse toute l'attention de l'observateur à tel point que la personne représentée est appelée spontanément et involontairement par son nom ("mais c'est le Willi!") – et pas par la fonction qu’elle exerce sur la photographie (VACHER). A proprement parler, l'emploi de dessins idéalisés à la place de photographies d'objets concrets serait plus adéquat pour l'enquête de désignations. Cela échoue pourtant à cause de l'absence de modèles correspondants. Toutes les illustrations de référents sont associées aux catégories "concept" et "désignation" par la base de données.

(auct. Thomas Krefeld | Stephan Lücke – trad. Susanne Oberholzer)

Tags: Contexte extralinguistique



Profil de similarité ethnolinguistique (Citer)

Du point de vue ethnolinguistique de ce projet, se sont les types de base qui fondent l'espace alpin plurilingue. Au sens d'une représentation synthétique, il est prévu d'offrir deux fonctions de cartographie quantitatives différentes:
  1. Tout d'abord on vise le lexique alpin dont l'ensemble forme pour ainsi dire un type idéal fictif auquel les dialectes locaux s'approchent plus ou moins. La cartographie, d'une similarité graduelle, qui a été inspirée par la représentation du champ gradient de la gasconité à l'ALG 6 y correspond.
  2. Ensuite on cartographie (selon le modèle de l'ASD) la similarité relative de tous les lieux d'enquête entre eux en comparant et en visualisant les types de base que n'importe quel lieu d'enquête et n'importe quel autre lieu comme point de référence ont en commun.


(auct. Thomas Krefeld – trad. Susanne Oberholzer)

Tags: Linguistique Contexte extralinguistique



Public (Citer)

La publication directe des résultats, indépendante de maisons d'édition est un composant intégral de VerbaAlpina. Car pas tout qui s'appelle publication sert à la PUBLICATION. Ainsi, le médium traditionnel de l'impression provoque maintenant le contraire catégorique: il retire des informations au public qui devraient lui être offertes le plus largement possible face à la subvention de recherche par des moyens publics et qui pourraient lui être fournies très facilement en utilisant les nouveaux médias. Les tirages de papier de 200 ou 300 exemplaires qui sont usuels dans les sciences ne créent pas de 'public' inclusive, mais une sphère privée exclusive. Face à la technologie de l'information facilement disponible, il n'y a donc aucune raison concluante de préférer l'impression comme moyen de diffusion du savoir ou de la considérer comme solution catégorique.
Dans certaines sciences (à notre connaissance cela s'applique entre autres à l'informatique), on peut même observer une tendance ces dernières années qui prouve l'absurdité des possibilités techniques crées par les nouveaux médias: alors qu'il serait un jeu d'enfant à présent d'accorder un accès commode à des informations et des textes dans le monde entier, c'est le pur contraire qui arrive en offrant l'accès seulement contre paiement. C'est même une régression par rapport à la publication traditionnelle sur papier que nous avons critiquée avant. Nous tenons donc à souligner nos mises en garde appuyées quant à tels développements qui peuvent aussi déjà être observés dans les grandes lignes dans les sciences humaines.

(auct. Thomas Krefeld | Stephan Lücke – trad. Susanne Oberholzer)

Tags: Page Web



Publication (Citer)

La publication directe des résultats, indépendante de maisons d'édition est un composant intégral de VerbaAlpina. Car pas tout qui s'appelle publication sert à la PUBLICATION. Ainsi, le médium traditionnel de l'impression provoque maintenant le contraire catégorique: il retire des informations au public qui devraient lui être offertes le plus largement possible face à la subvention de recherche par des moyens publics et qui pourraient lui être fournies très facilement en utilisant les nouveaux médias. Les tirages de papier de 200 ou 300 exemplaires qui sont usuels dans les sciences ne créent pas de 'public' inclusive, mais une sphère privée exclusive. Face à la technologie de l'information facilement disponible, il n'y a donc aucune raison concluante de préférer l'impression comme moyen de diffusion du savoir ou de la considérer comme solution catégorique.
Dans certaines sciences (à notre connaissance cela s'applique entre autres à l'informatique), on peut même observer une tendance ces dernières années qui prouve l'absurdité des possibilités techniques crées par les nouveaux médias: alors qu'il serait un jeu d'enfant à présent d'accorder un accès commode à des informations et des textes dans le monde entier, c'est le pur contraire qui arrive en offrant l'accès seulement contre paiement. C'est même une régression par rapport à la publication traditionnelle sur papier que nous avons critiquée avant. Nous tenons donc à souligner nos mises en garde appuyées quant à tels développements qui peuvent aussi déjà être observés dans les grandes lignes dans les sciences humaines.
Mais la notion de la publication a substantiellement changé. A proprement parler la documentation de données à l'Internet est déjà une forme de la publication; au delà, VerbaAlpina se considère pourtant aussi comme instrument à la publication de textes relatifs au projet. Trois formats sont essentiellement prévus à ce but:
  1. des termes théoriquement et méthodologiquement centraux et des problèmes sont expliqués de manière concise sous l'onglet Méthodologie abgelegt.
  2. des analyses analytiques plus détaillées de résultats du projet ou des discussions théoriques resp. méthodologiques peuvent être placés sous l'onglet Publications de projet.
  3. des commentaires à des types linguistiques sont ouverts par le bouton 'i" sur la légende de carte. Ils peuvent y être placés très facilement par les collaborateurs du projet our par des personnes externes.


Fonction de commentaire accessible par la légende.

(auct. Thomas Krefeld – trad. Susanne Oberholzer)

Tags: Domaines de fonction