Méthodologie

Tri

Montrer toutes les contributions

(no Tag)   Contexte extralinguistique   Domaines de fonction   Technologie de l'information   Linguistique   Page Web  


Coopération  (Citer)

La coopération avec d'autres projets est fondamentale pour la conception de VerbaAlpina. Elle se reflète dans de nombreux contrats de coopération avec des partenaires de projet. Son application n'est pourtant pas toujours facile; elle est gênée par des problèmes pratiques, c.-à-d. des problèmes dus aux techniques de l'information, et corrélativement des problèmes relatifs au droit. Marginalement, l'application est aussi gênée par des réserves idéologiques à l'égard de l'orientation open source. Chaque coopération est basée sur un accord formel assurant les partenaires (PVA) d'une base de données exclusivement utilisable à la télétransmission. Chaque base de données d'un partenaire est à la disposition de tous les partenaires en téléchargement. Mais la coopération ne doit bien évidemment pas être limitée à l'échange des données; au contraire, tous les partenaires sont invités (et incités) à utiliser toutes les fonctions du projet.

(auct. Thomas Krefeld – trad. Susanne Oberholzer)

Tags: Domaines de fonction



Crowdsourcing  (Citer)

Même si beaucoup de données linguistiques concernant les domaines d'enquête de VerbaAlpina sont déjà disponibles (en particulier dans les atlas et les dictionnaires), il est prévu de relever de nouvelles données. Ainsi il sera possible de (1) niveller les inconsistances entre les sources déjà existantes, (2) écarter lacunes et imprécisions et (3) signaler les dénominations ou les ustensiles transmis de génération en génération. Les nouvelles enquêtes ne seront pas faites en utilisant la méthode classique de l'analyse scientifique sur place, mais avec les moyens qui nous sont offerts par les médias sociaux. De telles procédures sont souvent regroupées sous l'expression crowdsourcing. Le renvoi à la crowd est ambigu sous beaucoup d'aspects, la crowd étant associée par beaucoup de gens au choix arbitraire, à l'absence de professionnalisme et à la fiabilité insuffisante; cette méfiance n'est pas complètement injustifiée, de telles méthodes s'adressent effectivement à une foule indéfinie et anonyme de personnes potentiellement intéressées. Des problèmes notables apparaissent non seulement pour les responsables du projet scientifique, mais aussi pour les destinataires (profanes ou non) : l'offre doit être suffisamment 'visible' et intéressante, et le destinataire doit avoir une compétence pratique et linguistique suffisante. Il y a des stratégies différentes pour gérer ces défis. On peut essayer de rendre l'offre attrayante via des aspects ludiques, en concevant une interface web qui ressemble à un jeu. Le groupement de projet play4science a expérimenté de pareilles offres. Après ces expériences, pourtant, il semble plus prometteur de faire comprendre à l'informateur, dans le cas de VerbaAlpina au locuteur, qu'il peut contribuer essentiellement et directement à la recherche par son savoir spécifique et linguistique personnel (cf. la liste des projets citizen science). La compétence des informateurs peut être évaluée par des questions de savoir spécifiques, mais il est sans doute plus digne de foi de se faire confirmer et valider les données fournies par d'autres locuteurs des mêmes localités.

(auct. Thomas Krefeld | Stephan Lücke – trad. Susanne Oberholzer)

Tags: Domaines de fonction



Documentation  (Citer)

VerbaAlpina documente la variation dialectale au sein d'un espace ethnographique défini. Le cadre onomasiologique est délimité par des techniques culturelles et des modes de vie devenus conventionnels, ce dans des conditions environnementales spécifiques et indépendantes des différentes cultures en place. De tels espaces, desquels les Alpes représentent un prototype, n'ont pas pu être saisis dans toute leur mesure par les traditions de recherche linguistiques, parce que les disciplines partielles qui concernent la constitution d'espaces – la géographie linguistique, la dialectologie ou encore la géo-linguistique – s'orientent presque sans exception à des frontières politiques et/ou linguistiques déjà tracées. On arrive certainement à comprendre l'orientation spatiale des études centrales, à maints égards toujours déterminantes (cf. par ex. l'AIS et le FEW), mais on n'est souvent pas du même avis. Justement, ce sont les régions culturelles plurilingues qui sont les plus particulièrement fascinantes, comme par ex. la région entre la côte adriatique monténégrino-albanaise et le Danube, et qui ne sont pourtant pas prises en considération par la recherche établie, dirigée selon des présuppositions philologiques pensées nationalement. L'Atlante linguistico mediterraneo, qui a été planifié de manière ambitieuse, aurait pu devenir un grand projet novateur, malheureusement il n'a jamais dépassé la phase initiale.
VerbaAlpina vise la région alpine.

(auct. Thomas Krefeld – trad. Susanne Oberholzer)

Tags: Domaines de fonction



Environnement de recherche  (Citer)

Les tâches et les prestations de VerbaAlpina peuvent être classées selon les domaines suivants :
(1) documentation et analyse diachronique du vocabulaire dialectal étant estimé caractéristique conformément au cadre onomasiologique ;
(2) coopération avec les partenaires de projet pour l'échange mutuel et l'analyse des données ;
(3) publication des données, de textes analytiques et de différents matériaux concernant le projet, visant un public aussi bien scientifique que général.
Les fonctions (1), (2) et (3) ont déjà été activées avec la première version 15/1; à partir de la version 17/1 a été ajouté:
(4) enquête des données par le crowdsourcing.
Toutes les fonctions actives seront étendues continuellement. Une autre fonction est en cours de préparation:
(5) installation d'un laboratoire de recherche.






(auct. Thomas Krefeld – trad. Susanne Oberholzer)

Tags: Domaines de fonction



Publication  (Citer)

La publication directe des résultats, indépendamment de maisons d'édition, fait partie intégrante du projet VerbaAlpina. Car tout ce qui est appelé publication ne sert pas à la PUBLICATION. Ainsi, le média papier traditionnel provoque maintenant le contraire de ce à quoi il était destiné : il retire des informations au public, informations qui devraient lui être le plus largement offertes vis-à-vis de la subvention de la recherche par des moyens publics et qui pourraient être fournies très facilement en utilisant les nouveaux médias. Les tirages papier de 200 ou 300 exemplaires, usuels en science, ne parviennent pas à atteindre le public, seulement une sphère privée exclusive. Vu la disponibilité des technologies de l'information, il n'y a aucune raison concluante de préférer l'impression comme moyen de diffusion du savoir ou de la considérer comme la seule possible.
Dans certaines sciences (à notre connaissance cela s'applique notamment à l'informatique), on peut même observer une tendance ces dernières années qui conduit à l'absurde vis-à-vis des possibilités techniques crées par les nouveaux médias: alors qu'il serait un jeu d'enfant à présent d'offrir un accès facile à des informations et des textes dans le monde entier, c'est exactement le contraire qui arrive en accordant l'accès seulement contre paiement. C'est même une régression par rapport à la publication traditionnelle sur papier que nous avons critiquée ci-dessus. Nous tenons donc à souligner nos mises en garde appuyées quant à de tels développements qui s'observent déjà dans les sciences humaines.

Mais la notion de la publication a changé. A proprement parler, la documentation de données à l'Internet est déjà une forme de la publication; de plus VerbaAlpina se considère
aussi comme instrument de publication de textes relatifs au projet.
Trois formats sont prévus pour cela :
  1. les termes et problèmes centraux de théorie et de méthodologie sont expliqués de manière concise sous l'onglet Méthodologie abgelegt.
  2. les examens analytiques détaillés de résultats ou de discussions théoriques ou méthodologiques peuvent être placés sous l'onglet Publications du projet.
  3. A l'aide d'un i-bouton en légende peuvent s'ouvrir les commentaires concernant les données de la carte interactive en ligne (par exemple commentaires sur les réalités extra-linguistiques (les concepts) et leur appellation dialectale avec types morpho-lexical et type de base). Ces commentaires peuvent être faits très facilement par les collaborateurs du projet ou par des personnes externes.


Fonction de commentaire accessible par la légende.

(auct. Thomas Krefeld – trad. Susanne Oberholzer)

Tags: Domaines de fonction