Accueil

Direction

Thomas Krefeld | Stephan Lücke

Le projet Citer

Le projet ethnolinguistique se consacrera de façon sélective et analytique à l'étude de la région alpine dans son unité historique. Cette région est très fragmentée non seulement quant aux simples langues mais d'avantage encore quant aux dialectes correspondants. Grâce à la manière de procéder, le présent projet franchira la restriction de la recherche aux territoires nationaux, telle que les réalités politiques actuelles (états-nations) l'imposent. Les domaines choisis concernent la nature et l'ethnographie historique et actuelle. Sur la base des technologies médiatiques actuelles (base de données, géoréférencement, internet, logiciel social), on développe un vaste environnement de recherche analytique plurilingue avec plusieurs domaines de fonction : il sert à la documentation (cartographie interactive géoréférencée), à l'enquête des données (par logiciel social), à la publication et à son propre développement collaboratif; ainsi, on développe un modèle pour une transition de la géolinguistique vers les humanités numériques. L'objectif est de rendre accessibles les données des atlas et des dictionnaires déjà existants (et en partie mal accessibles), de les compléter, regrouper et remanier de façon multidimensionnelle et, finalement, de fournir une analyse historico-linguistique. Grâce à la complétion des données (nouvelles enquêtes à l'aide de logiciel social), le projet réussira à équilibrer la grille des relèvements assez inconsistante des points de vue géolinguistique, sémantique et onomasiologique. De cette manière le projet intègre dans un cadre global les deux approches dominantes et méthodologiquement alternatives de la géolinguistique digitale, à savoir la documentation basée sur la tradition linguistique-géographique d'un côté (voir ALD-I, ALD-II) et la nouvelle méthode de collecte de données par crowdsourcing de l'autre (voir AdA, ALIQUOT). VerbaAlpina est assisté par de nombreux partenaires de coopération.

VerbaAlpina est un projet de recherche à long terme basé à la Ludwig-Maximilians-Universität (LMU) qui est financé par la Fondation allemande pour la recherche (DFG) à partir d'octobre 2014 avec une perspective de durée jusqu'en 2025. Le projet est une collaboration entre l'Institut de Philologie Romane et le IT-Gruppe Geisteswissenschaften (ITG ; Groupe de Technologie de l'Information des Scieces Humaines de la LMU) et est une combinaison de linguistique, d'ethnologie et d'informatique dans le domaine des Humanités Numériques. Dans la première phase (10/2014 – 10/2017), le projet s'est concentré sur le vocabulaire lié à la gestion des pâturages alpins, avec une attention particulière à la transformation du lait. La phase actuelle (11/2017 – 20/2020) se consacre à le lexique de la flore, de la faune, des formations paysagères et de la météorologie alpines. Une troisième phase potentielle (11/2020 – 20/2023) permettrait d'étudier le lexique du cadre de vie moderne, en mettant l'accent sur l'écologie et le tourisme dans les Alpes.



VerbaAlpina s'adresse en premier ressort au public scientifique. Les textes explicatifs sous MÉTHODOLOGIE sont en conséquence plutôt théoriques et techniques. La fonction centrale de la CARTE INTERACTIVE est cependant facilement accessible pour tout le monde. Aux personnes inexpérimentées dans la linguistique on recommande de se familiariser d'abord avec cette offre : les filtres de recherche devraient être faciles à comprendre en essayant la carte, malgré la terminologie peut-être un peu inhabituelle.

(auct. Thomas Krefeld | Stephan Lücke – trad. Julie Defert | Christina Mutter | Susanne Oberholzer)